DAEMONIUM ETC.

Jusqu'au 4 mai 2024

Cassandre Lepicard
Clarz Tournay
Emmanuelle Hiron
Jibé Boulbin
Lucas Ngo
Marie-Pierre Brunel
Quentin Bernier
Sacha Lefevre
Thomas Demoulin
Valeriia Vertii


« Serrés, fourmillants, comme un million d’helminthes,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons,
Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes »

Baudelaire



Cette exposition vise à, au travers de la figure mythologique du démon, permettre aux artistes exposants de personnifier leur propre obsession créatrice ou destructrice. Ce démon est personnel et est avant tout métaphore des désirs, angoisses et obsessions les plus fortes de l’artiste.

 

23.02.24 - 24.03.24

TAEHO CHOI

Né en 1988 à Séoul en Corée du sud, l’artiste vit et travaille en France depuis la fin d’un service militaire en Corée après lequel il décide de s’orienter vers les arts visuels.

Son oeuvre foisonnante et unique fait naître chimères et figures anthropomorphiques s’élançant hors d’un espace onirique ou bien faisant corps avec lui. L’infinité de symboles, de végétaux et de visages expressifs démontre la force de son imagination inscrivant en tension des éléments sombres et cyniques avec quantité d’autres vifs et euphoriques.

« Mon travail est en lien avec l’état de mes sentiments intérieurs, c’est une histoire individuelle et collective à la fois. Ces sentiments prennent diverses formes qui subsistent et parfois disparaissent, sont abstraites et en même temps concrètes, sans cesse. Je les ressens, les imagine et leur donne forme en y introduisant des sentiments violents, imaginaires, parfois imperceptibles. J’ai choisi de représenter des corps hybrides, désarticulés, mutilés, inachevés pour faire allusion à une absence d’humanité vécue et imaginer une nouvelle représentation humaine. Mes sentiments, mon imagination et mes expériences concourent à créer la confusion entre le réel et l’irréel. J’ai laissé des parties de corps inachevées pour
rendre compte de l’imperfection, l’éphémérité et l’évanescence de l’être humain. »

Born in 1988 in Seoul, South Korea, the artist has lived and worked in France since the end of military service in South Korea after which he decided to turn to the visual arts.

His abundant and unique work gives birth to chimeras and anthropomorphic figures rushing out of a dreamlike space or becoming one with it. The infinity of symbols, plants and expressive faces demonstrates the strength of his imagination, inscribing dark and cynical elements in tension with many other lively and euphoric ones.

“My work is linked to the state of my inner feelings, it is an individual and collective story at the same time. These feelings take various forms which persist and sometimes disappear, are abstract and at the same time concrete, constantly. I feel them, imagine them and give them shape by introducing violent, imaginary, sometimes imperceptible feelings. I chose to represent hybrid bodies, disjointed, mutilated, unfinished to allude to an absence of lived humanity and to imagine a new human representation. My feelings, my imagination and my experiences combine to create confusion between the real and the unreal. I left body parts unfinished to reflect the imperfection, ephemerality and evanescence of the human being. »

PASCAL HARDY

L’artiste vit et travaille en France

« Les humains, leur manière de penser et d’agir ont évolué, mais depuis des siècles le progrès collectif est marginal. L’efficacité de la technique et de la machine économique croit exponentiellement, orientée vers un but dérisoire, faisant disparaitre la beauté et le vivant.

Il nous est impossible de nous comporter de manière systémique comme le fait le monde organique.
Nous regardons passivement l’effondrement climatique en cours, la biodiversité déjà disparue aux 2/3, la planète dévorée.

L’effondrement de l’humanité est le futur le plus probable, nous sommes les dinosaures à venir.
En contrepoint, mes sculptures peuvent laisser entrevoir des visions imaginaires du monde organique, et de ce qu’il pourrait en rester. »


The artist lives and works in France

“Humans, their way of thinking and acting have evolved, but for centuries collective progress has been marginal. The efficiency of technology and the economic machine grows exponentially, oriented towards a paltry goal, causing beauty and life to disappear.

It is impossible for us to behave systemically as the organic world does.
We passively watch the ongoing climate collapse, biodiversity already 2/3 gone, the planet devoured.

The collapse of humanity is the most likely future, we are the dinosaurs to come.
As a counterpoint, my sculptures can offer a glimpse of imaginary visions of the organic world, and of what could remain of it. »